Passer un mauvais cap

Passer un mauvais cap
Les plantes peuvent aussi nous donner un coup de pouce pour retrouver de l’énergie et surmonter des moments difficiles de la vie, s’ils sont légers et transitoires.
Troubles du sommeil
Les plantes proposées en cas de difficultés d’endormissement répétées ou encore d’insomnies passagères ont essentiellement des propriétés calmantes ou relaxantes et sont utilisées seules ou  associées : valériane, passiflore, houblon, mélisse, aubépine. Mais aussi verveine, tilleul, camomille…
 
Anxiété, dépression légère
L’anxiété se manifeste par de nombreux symptômes (problèmes de concentration, tensions musculaires, maux de ventre…). Les médicaments de phytothérapie ou les compléments alimentaires conseillés contre l’anxiété associent ainsi des plantes pour les troubles du sommeil à d’autres plantes comme le coquelicot ou l’eschscholtzia. Pour la déprime (démotivation, fatigue, tristesse), le millepertuis est efficace. Autres possibilités : griffonia, rhodiole, actée à grappes noires.
 
Fatigue passagère
Souvent liée au mode de vie que la société nous  impose, le sentiment d’épuisement et de perte  d’énergie peut être combattu par des plantes adaptogènes, c’est-à-dire qui aident l’organisme à répondre aux agressions et aux déséquilibres dont il est l’objet : ginseng, éleuthérocoque, rhodiole. D’autres, très riches en vitamine C, donnent du tonus : acérola et églantier (cynorrhodon).
 
Excès de poids
Pas question bien sûr de maigrir uniquement grâce aux plantes mais d’accompagner un régime en
agissant sur la rétention d’eau et l’accumulation de toxines. Queues de cerises, orthosiphon, hibiscus, piloselle, thé vert, bouleau, pissenlit, prêle des champs sont diurétiques. D’autres produits à base  de fucus et de pectine de pomme ont un effet rassasiant.
 

LES HUILES ESSENTIELLES

Toutes ne se valent pas. Les huiles essentielles vendues en pharmacie sont produites à partir de plantes certifiées, récoltées à la meilleure période pour obtenir le meilleur extrait et par une méthode d’extraction qui préserve l’activité des composants. Selon la plante, elles s’utilisent par voie orale (sur un sucre, un morceau de pain ou un comprimé neutre), cutanée (le plus souvent diluées dans une huile végétale), au moyen d’un diffuseur atmosphérique ou par inhalation. Quelques incontournables : citronnelle, eucalyptus, lavande officinale, menthe poivrée, ravintsara, niaouli, tea tree.
 

PLANTES ET COSMETIQUES
 
Les produits cosmétiques anciens reposaient essentiellement sur les vertus de certaines plantes, et ça continue. Elles sont utilisées comme ingrédients (huiles de noix de coco, jojoba, beurre de karité, germe de blé…), mais aussi comme substances actives.
 
Eaux florales (rose, oranger, bleuet…), extraits de souci (calendula), mauve, sauge, camomille, mélilot…, infusions de fleurs ou huiles essentielles. L’eau d’hamamélis et l’extrait d’avoine sont utilisés pour les rougeurs des peaux irritées ou sensibles.
 
Huiles d’amande douce (adoucissante), d’argan (peaux desséchées, gerçures, cheveux secs), de rose musquée (couperose, acné, peaux allergiques) constituent des bases de soins, seules ou associées à des huiles essentielles.
 
EVELYNE GOGIEN
Juin 2014


Bien être et Santé